Écosystème et Biodiversité Comparaison de 3 méthodes pour la formation de jeunes colonies

Les abeilles et l'apiculture traversent une période difficile. Depuis les années 1990, des pertes anormales de colonies ont été enregistrées dans de nombreuses régions du monde. La Suisse ne fait pas exception. Diverses causes ont été désignées, parmi lesquelles le parasite varroa est le plus fréquemment incriminé. De nombreux autres facteurs sont mentionnés, dont les néonicotinoïdes, des insecticides récemment développés. Sont également suspectés les changements climatiques, les ondes électromagnétiques ou encore d'autres maladies et parasites véhiculés par le varroa ou par d'autres ravageurs des abeilles. Il est probable que l'ensemble de ces facteurs engendre des synergies défavorables aux abeilles. Les pratiques apicoles et le nourrissement des colonies pourraient également influencer la vitalité des abeilles.

La conduite des ruches et le nourrissement des abeilles ont beaucoup été modifiées et rationnalisées, et cela bien avant la régression massive et récente des abeilles. L'évolution de ces pratiques est considérée comme bénéfique - si ce n'est pour les abeilles - tout au moins en matière de production de miel. Toutefois, dans le contexte actuel où les abeilles sont fragilisées de toutes parts, on peut s'interroger si les méthodes actuelles et usuelles de conduite des colonies ne représenteraient pas une pression supplémentaire imposée aux abeilles.

Le projet concerne la formation de jeunes colonies. Il entend comparer la multiplication artificielle (formation de nucleis) avec l'essaimage spontané (mode naturel de multiplication des ruches).

Trois méthodes de multiplication sont conduites et comparées durant 3 ans, à travers une évaluation de la vitalité des colonies. Ces méthodes sont :

  • la multiplication naturelle par essaimage
  • la multiplication par division des colonies par prélèvement de cadres de couvain avec des cellules de reines spontanées, fécondées librement
  • la multiplication par division de colonies en prélevant des cadres de couvain et en introduisant une reine d'élevage

L'observation conduite sur trois ans des diverses méthodes de multiplication servira également de projet pilote pour la mise en place d'une production de jeunes colonies, dans le but d'aider les apiculteurs ayant subi des pertes à repeupler leurs ruches avec des abeilles adaptées aux conditions locales et à un prix raisonnable. En effet, faute à une production locale restreinte, les apiculteurs doivent souvent acheter à grandes distances des colonies de remplacement, contribuant ainsi potentiellement à la réduction des spécificités des souches locales et à la dispersion des maladies.

Notre engagement

La fondation Montagu soutient la fondation Retropomme, qui a mis en place le rucher expérimental et qui réalise l'étude relative aux mode de multiplication durant 3 ans.

Site Internet de la fondation Retropomme : www.retropomme.ch

background