Écosystème et Biodiversité Sauvegarde de la faune marine et protection de la baleine bleue dans le golfe de Corcovado

Les côtes du sud du Chili sont reconnues pour l’extraordinaire richesse de leur biodiversité. Cette zone du bout du monde, croisement des Andes et du Pacifique est constituée d’un ensemble unique d’archipels, de mers intérieures et de fjords. Cet écosystème complexe engendre des conditions de salinité mixtes qui font de ce bandeau côtier un environnement exceptionnel.

Celui-ci est particulièrement favorable aux cétacés. Près de la moitié des 124 espèces de mammifères marins existantes dans le monde est représentée dans cette seule zone. On y trouve entre autre des dauphins de Peal, des orques, le rorqual de Rudolphi, des baleines à bosse, des baleines franches, mais surtout la très menacée baleine bleue.

C’est au large du golfe de Corcovado que convergent chaque année des centaines de baleines attirées par les eaux très riches en krill (petits crustacés) et en planctons. Cette zone, nourricière pour les baleines, est également propice à la pêche et à l’aquaculture. Au fil des années, le golfe a subi la pression croissante des navires usines, des activités industrielles et de l’aquaculture saumonière. Cette dernière, pratiquée de manière intensive et très peu régulée, grignote progressivement les bandeaux côtiers. Couplés au problème de la «pêche accessoire» (prise involontaire dans les filets d’espèces non visées par la pêche), ces phénomènes menacent particulièrement les cétacés.

L’absence d’un plan de gestion et d’identification des zones clés à protéger par les autorités a encore accru les pressions qui pèsent sur la biodiversité de la région. Le WWF à collaboré avec le Gouvernement chilien afin de créer des aires marines protégées et un plan de développement durable pour la région. L’organisation a mis en place un processus en deux phases pour faire reculer la pression qui pèse sur ces espèces emblématiques du Golfe de Corcovado.

La première phase (2009-2012) a eu pour but de réduire la pression pesant sur les écosystèmes et la biodiversité unique de la zone. Pour y parvenir, il a fallu, dans un premier temps identifier les zones à haut intérêt de conservation puis proposer la création d’une ou plusieurs zones maritimes protégées. Enfin ont été définies des zones de préservation spécifiques de la baleine bleue. La mise en place de ces zones s’est faite en synergie avec les ONG locales et le gouvernement Chilien.

La seconde phase (2012-2015) s'est consacrée à la gestion durable de cet écosystème. Des plans de gestion durables des aires maritimes protégées ont été mis en place en veillant à l’adhésion des acteurs locaux. En parallèle, un protocole visant à mettre en place de meilleures pratiques de gestion pour l’aquaculture a été mis en œuvre dans les zones protégées.

Notre engagement

La Fondation Montagu, associée à d’autres partenaires et entités locales, s’est engagée à soutenir les activités du WWF qui visent à conserver la baleine bleue et d’autres grands mammifères marins à travers la création d’aires marines protégées.

A ce jour, les aires marines protégées représentent moins de 1% de la surface des océans.

Site Internet du projet: wwf.panda.org

background